Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

 

LE ROI COURONNÉ D'ÉPINES 

Par Naomie le 19 janvier 2022 

SHALOM 

Depuis plusieurs jours, une pensée, une image : La Tête du Seigneur portant cette couronne abjecte faite d'épines qui lui a blessé le front, fait couler le sang, et meurtrissant l’âme et le corps, humiliant le Roi des rois. 

Je ne puis m'en défaire. 

 

Hier 18 janvier, je me tiens devant le Seigneur, avec, en pensée, la même chose.  Je suis « tracassée » et j'attends. 

En fait, depuis plusieurs jours, il y a du « roulis » en moi et autour de moi. Depuis ce début d'année, je me suis tenue debout, réaffirmant ce que le Seigneur m'avait donné, et fait de moi, et que je ne supporterais plus les sarcasmes de ceux qui m'entourent, et que je ne chercherais pas de justification à mes agissements, à mes paroles, et cela, quel que soit, encore une fois, le prix à payer. 

Comme je l'ai dit : IL SUFFIT ! 

Après les événements de ce début d'année qui ne sont pas aisés à vivre, j'ai constaté que nous vivons notre foi bien souvent comme une banalité, dans un monde qui banalise toutes choses, dans une accélération constante de nos modes de vie qui nous empêche de vivre notre temps présent, vivant pour un futur que l'on veut déjà présent. 

Avons-nous oublié la parole de Dieu qui dit ceci : Ecclésiaste 3/15 - Ce qui est a déjà été, et ce qui sera a déjà été, et Dieu ramène ce qui est passé. - Ecclésiaste 6/10 - Ce qui existe a déjà été appelé par son nom ; 

Toujours dans l'attente de quelque chose, je demeure là, assise, bible ouverte devant moi. Arrivent en masse les paroles, qu'il me faut ne pas perdre, aucune miette de la table du Seigneur ne doit se perdre, aucune. 

Le Saint Esprit me rappelle alors ce qu'est un prophète, sa vie, ses peines, ses souffrances, ses joies aussi (quelques-unes parfois) et surtout, le fait que la position du prophète se doit d'être en Christ Yéshua, cachée, attentive, isolée afin de ne pas être corrompue par le monde et son esprit babylonien. Qui entend les cris de détresse, de souffrance, les prières, qui s'élèvent jusqu'aux nues si ce n'est le Seigneur lui-même ? 

Alors j'attends encore... La vie du prophète est une lumière qui n'est pas éteinte, c'est une lampe remplie d'huile pure qui répand l'odeur du Roi. 

De nombreuses interprétations ont été offertes aux serviteurs et servantes du Christ, ce que nous sommes. La plupart ressemble à la vérité mais les informations sont mensongères. IL SUFFIT ! 

Nous devons ne plus avoir de peurs et entrer en pleine eau, sans crainte de perdre pieds puisque Christ est présent, et que l'Eternel a ouvert la mer et plus tard le Jourdain pour que passe au travers un peuple effrayé mais confiant. Nous devons faire confiance à notre Dieu qui a dit :

Ezékiel 18/32 - Car je ne désire pas la mort de celui qui meurt, dit le Seigneur, l’Eternel. Convertissez-vous donc, et vivez. 

Le Seigneur de me rappeler que la voie des prophètes a été ouverte à Golgotha, à Gethsémané le chemin de la vérité. Dès le ventre les prophètes sont déjà établis. Nul ne doit le réfuter. Le monde a voulu faire taire la voix qui monte du désert, ne pouvant supporter la vérité divine. Le prophète est marqué, par élection avant même sa naissance, et il va savoir sa voie, son chemin, parce que l'Eternel Je Suis confirmera les paroles sorties de sa bouche par des signes, des prodiges, des miracles.

2 Corinthiens 12/12 - Les preuves de mon apostolat ont éclaté au milieu de vous par une patience à toute épreuve, par des signes, des prodiges et des miracles. 

Chaque parole prononcée est comme une souffrance pareille à celle supportée par la femme qui met au monde son enfant. 

Cette parole est vivante, incisive, tranchante, comme l'épée décrite dans Hébreux 4/12 - Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. 

HOMMES ! SOYEZ AVISÉS ! REGARDEZ LA TERRE ! VOYEZ LES CIEUX ! LES NUÉES ASSOMBRISSENT LE CIEL ! TOUT CHANCELLE ! TOUT BASCULE ! TOUT S'EFFONDRE ! ET POURTANT NUL N'EST REVENU DE SA MAUVAISE VOIE ! 

L'amour de Dieu maintient l'humanité en vie, mais comme au jour du Déluge, la terre connaîtra sa destinée et tous ses feux destructeurs ensemble laisseront la destruction couler le long des pentes abruptes, du fond des mers, et rien ne demeurera debout ! 

 

LE ROI COURONNÉ. 

Esaïe, tout comme Jérémie, ont annoncé sans éclipser aucune parole, ce qu'ils devaient annoncer, tout comme Eli, Elisée, Michée et les autres. Sans crainte aucune, sachant ce qu'ils pouvaient vivre dans la cruauté de leurs contemporains. 

Tout chancelle, tout bascule, tout s'effondre. Cependant Esaïe dans le chapitre 49, annoncera le déroulement d'une vie prophétique : la parole de sa bouche telle une épée tranchante, afin de dire la vérité ; sa vie cachée mais vivante, efficace car non bradée, ni édulcorée. 

« L'homme a circoncis la chair sans circoncire le cœur, dont le prépuce demeure.  C'est à cause de cela que les brasiers de la colère divine s'allumeront, couvrant ainsi la surface de la terre, à cause de la méchanceté de l'homme. 

Arrive une grande calamité, dont le nom est LE MAL. Seule, la purification des cœurs stoppera l'avancée de cette nuée néfaste. 

Le DESTRUCTEUR EST À L’ŒUVRE ! 

Seront dans l'étonnement prophètes et sacrificateurs ! 

Ils comprendront la portée des paroles prophétiques promulguées par la voie de mes serviteurs, mes amis les prophètes. 

Un grand vent va perturber la terre et le sable s'élevant en colonnes, va aveugler ceux qui prétendent avoir la vision divine pour éclairer le monde enténébré. 

C'est le vent du désert, et l'épée va transpercer les âmes insoumises. 

LES ASSIÉGEANTS D'ISRAËL VONT JETER UN GRAND CRI SUR LES VILLES CAR ISRAËL A ÉTÉ REBELLE. (Ceci à cause de sa malice). 

Le prophète a entendu l'alarme, alors, il sonne du cor ; son corps et son âme sont dans la douleur, il a entendu le son du cor. 

La parole exercée de notre Roi annonce une grande plaie sur la terre, qui mènera le deuil. Les cieux obscurcis, la désolation... 

Toutefois tout ne sera pas détruit, Dieu gardera son héritage, sans se repentir de sa parole prononcée, si la terre ne change pas sa vision, l'Éternel ne révoquera pas sa parole. 

Terre ! Tu t’es parée comme une prostituée se pare et se farde afin d'attirer l'attention de tes amants. Qui, déjà, ne te regardent plus. Tu n'y survivras pas, l'homme débauché ne cherche que ta ruine. 

Dieu a entendu un cri, celui de la femme qui enfante son premier-né.  Elle sait qu'à ce jour, tant que le travail de naissance n'est pas achevé, elle est dans un état de faiblesse, « offerte aux meurtriers ». 

Mais l'Éternel a entendu ce cri, le cri de « Sion » son épouse qui soupire, « écartelée » dans l'accomplissement du travail de la naissance. » 

Ne soyons pas ignorants de ce qui a été en souffrance, pour Yéshua, lui aussi écartelé de plusieurs manières, à Gethsémané alors que le Diable le poussait à renoncer à cette œuvre particulière de mort et de vie ; à Golgotha où là encore, soumis à la vindicte des hommes, à la tentation satanique, Christ dû lutter en chair et en esprit. 

Coiffé d'une couronne composée d'éléments que nous assimilons souvent à notre péché, Christ a supporté dans sa chair la haine démoniaque, la haine humaine, jusqu'à la finalité où, dans le Temple spirituel, il est couronné de mille couronnes dont nous sommes les joyaux. 

Voilà ce qui est, ce que je me devais de vous dire. 

Soyez bénis.