Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

             PAR L’ÉPINE ET LES CHARDONS

 

PAROLES PROPHÉTIQUES CONCERNANT LA FRANCE. 

 

Par Naomie le 2 février 2021 

 

SHALOM. 

 

 

Lorsque je fréquentais une Assemblée de Pentecôte, qui fut renommée « Assemblée de Dieu » il m’insupportait d'entendre toutes ces paroles mielleuses distillées à grand coups « d'alléluia » ou encore « gloire à Dieu » tandis que je bouillonnais de colère contenue. 

Ce qui insupportait encore plus, c'était toutes ces paroles qui montaient en mon âme, paroles sévères, âpres, et pourtant sortant tout droit du cœur de Dieu. 

Parle et ne te tais pas.... Encore et toujours ! 

Le temps a passé, la société a évolué, l’Église ?... Et je demeure avec ces paroles annonciatrices de cataclysmes, de sévérité, de réprimandes, et d'amour émanant toutes du cœur divin. 

 

Je n'aime pas ! Pourquoi ne suis-je pas cette messagère de bonnes nouvelles dont il est dit en Romains 10/15 …. selon qu’il est écrit : Qu’ils sont beaux Les pieds de ceux qui annoncent la paix, de ceux qui annoncent de bonnes nouvelles !

 

Alors, encore une fois, je vais, ici, vous redonner l'intégralité de cette parole prophétique concernant le pays de France, pays rebelle à son Dieu, qui s'enfonce dans le marasme de la laïcité et dont les pieds s'enlisent dans la fange et dans la vase. 

Que notre Seigneur nous prenne en pitié ! Amen ! 

 

Cette parole prophétique est donnée en partie par le prophète Osée. 

 

Dieu plaide contre son peuple, la France, sa « fille aînée » qui s'est prostituée à de nombreux amants. 

Elle n'a pas reconnu la main de Dieu au cœur de sa splendeur, et elle s'est affranchie de celui qu'autrefois elle appelait « mon mari ».

Elle a détourné ses regards de celui qui la vêtait, la nourrissait, la paraît de tous les trésors de la bonté de Dieu. 

 

La patience de l’Éternel s'est amenuisée à son égard. Aussi lui a-t-il ôté ses bienfaits, jusqu'à dresser une muraille autour d'elle, qui s'est perdue, ne reconnaissant plus ses sentiers. 

Dieu a fermé ses chemins avec des épines. Alors la France a cherché ceux qui l'avaient détourné de ses voies, mais elle ne les a pas trouvés ! Ils ont détourné les regards d'elle. Elle ne les a pas trouvés. 

 

Désolée, elle prendra la décision de revenir vers son premier amour ! Elle reconnaîtra que de lui provenait son bien-être. 

Elle retournera vers celui qu'elle reconnaîtra pour son époux légitime, elle l’appellera « mon mari, ma gloire » ! 

Alors je briserais ses Baals, et après avoir repris toutes choses au temps de son égarement, je lui restituerais toutes choses au jour de son revirement. 

Autant elle a été châtiée, autant elle sera consolée. Elle retrouvera sa joie et ses danses. 

Elle retrouvera sa légitimité en moi. 

Elle reposera avec assurance auprès de moi. 

 

Autant elle s'est exposée comme le ferait une prostituée, s'offrant aux plaisirs de ses amants pour de la pourpre et de l'or, de l'encens et du blé, autant je la couvrirais de nouveau et effacerais les traces de ses prostitutions, aussi nombreuses que diverses. 

Cela sera un temps où, de nouveau, elle reposera sur mon sein. 

Je l'exaucerai comme par le passé. 

J’ôterai les épines de son front, elle se souviendra alors de celles qui m'ont cruellement blessé. 

 

Je serai son fiancé, son époux ! 

Je ne serai plus son « maître ». 

Et alors je dirai : tu es mon peuple, et elle répondra : MON DIEU ! 

Voilà comment je la conduirai à reconnaître la vérité la concernant. » 

 

Après cela, un peu réconfortée en ce qui concerne l'avenir de la France, il me fut donné quelques paroles attestant cette parole prophétique en Romains 16/20.

Satan, qui a tant de fois souffleté le peuple de Dieu, va l'être de façon définitive, et l’Église, la pure, la sanctifiée, la rachetée, va écraser la tête du persifleur menteur et tentateur. 

 

En attendant ce jour glorieux où la France va enfin se souvenir de son passé, et de ce qu'elle est en Christ Yéshua, un jugement s'est posé sur elle, et elle va connaître, elle connaît déjà ce qui est écrit dans le livre des  Juges 8/7 -   Et Gédéon dit : Eh bien ! lorsque l’Eternel aura livré entre mes mains Zébach et Tsalmunna, je broierai votre chair avec des épines du désert et avec des chardons.

 

Que ceux qui ont détourné notre nation de son identité véritable tombent de leurs trônes branlants. C'est urgent ! Ce ne sont pas les décrets humains qui, en finalité, auront de l’importance, c'est la juste justice divine.