Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

      SORTIR DE LA MAISON DE SERVITUDE

 

Exode 20/2 - Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude.  

 

Par Naomie le 13 mars 2021  

 

SHALOM.  

 

Tout commence par une promesse faite par l’Éternel, suite aux cris poussés par le peuple qu'il s'est choisi, alors que ces derniers sont esclaves d'un roi cruel qui n'a pas hésité à faire tuer des petits enfants mâles âgés de 0 à 2 ans.  

Sans s'en rendre compte, hypnotisé par les bienfaits d’Égypte en faveur de Joseph, Israël va perdre ses droits fondamentaux à la liberté, et se voit contraint, par force et par peur, à devenir le bâtisseur de villes et de tombeaux pour ces rois aux multiples dieux et déesses.  

Exode 6/5 et 6 - J’ai entendu les gémissements des enfants d’Israël, que les Égyptiens tiennent dans la servitude, et je me suis souvenu de mon alliance.  C’est pourquoi dis aux enfants d’Israël : Je suis l’Éternel, je vous affranchirai des travaux dont vous chargent les Égyptiens, je vous délivrerai de leur servitude, et je vous sauverai à bras étendu et par de grands jugements.  

 

 

Nos vies sont souvent le fruit de nombreux paradoxes qui peuvent soulever beaucoup de questions pour nous qui vivons en Christ Yéshua.  

Nous employons un vocabulaire fréquemment émaillé de terminologie qui ne nous conduisent pas très loin, faute de discernement, faute de connaissance du sujet ou plus encore, faute d'enseignement spirituel élaboré et dirigé par le Saint Esprit, pédagogue divin.  

 

Selon la définition contenue dans un dictionnaire, la servitude dépeint un état l'esclavage, et est le contraire d'un état de liberté auquel tout individu peut prétendre, puisqu'il est écrit, en Lévitique 26/13 - Je suis l’Éternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d’Égypte, qui vous ai tirés de la servitude ; j’ai brisé les liens de votre joug, et je vous ai fait marcher la tête levée.  

Pourquoi, actuellement, l'homme n'est plus que l'ombre de lui-même, et que sa brillance est devenue terne ? Pourquoi ont cessé les chants et les danses ? Pourquoi la grisaille sur les âmes alanguies alors que nous avons été délivrés de la maison de servitude par un Dieu grand et fort, Tout-Puissant, qui nous regarde et qui nous voit ? Pourquoi tant de détresse parmi les nations ? Pourquoi ???  

Notre statut d'esclaves nous colle à la peau, c'est ainsi que nous constatons des soulèvements de masses contestant l'esclavage d'hier, sans regarder à leur état d'esclaves modernes.  

Insensés dit le Seigneur ! Le prix de la rançon, le prix du marchandage a été payé dans sa totalité, mais beaucoup d'entre nous ont eu peur de la liberté et ont préféré demeurer, ou retourner, dans la maison de la servitude où ils subissaient un sort peu enviable -Nombres 14/4 - Et ils se dirent l’un à l’autre : Nommons un chef, et retournons en Égypte.  

Ils étaient libres et affranchis et pourtant ils murmuraient leur mécontentement.  

Rien n'a changé, tout demeure à l'identique. L'homme est pris à son propre piège dans les mailles du filet tendu par les oiseleurs mondialistes et laïcs. Est-il mentionné, dans les Saintes Écritures, que nous pouvons être au service de 2 maîtres à la fois ? Satan a voulu le faire croire, Dieu nous dit que cela est impossible. Luc 16/13 - Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon.  

Afin d'imposer à l'homme une conception totalement étriquée de la liberté, des hommes ont mis par écrit un concept définissant « les Droits de l'Homme et du Citoyen » tandis que le terme de « Démocratie » badigeonne de mensonges l'idéal sans Dieu de l'être humain. Tout se remplace par un autre terme idéologique : l'humanisme.  

Nous étions des esclaves sans avenir, sans espérance, jusqu'au jour béni où nos voix ont été entendues dans le grand désert où nous étions égarés. Alors, pourquoi demeurer enchaînés dans nos conceptions étriquées qui nous tiennent loin de la vérité ?  

Nos cœurs se sont refroidis, leurs battements sont presque imperceptibles. Nous nous accrochons aux mensonges qui nous sont proposés comme vérité et des hommes déchus nous ont proposé des lois établies sur le grand mensonge mondial, tandis qu'il est écrit ceci dans 2 Pierre 2/19...  ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui.  

Le triomphe de Satan repose sur ses adeptes qui ont semé largement le mensonge, convaincus en leur conscience pervertie, que Christ était mort ! Leur cœur gonflé d'orgueil, ils prônent les préceptes du mensonge. Mais s'ils vous disent que la liberté est dans les « bontés » du Diable, il se trouve, en Deutéronome 8/14 une parole contraire qui atteste ceci …  prends garde que ton cœur ne s’enfle, et que tu n'oublies l’Éternel, ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude,  

Libérés de la maison de servitude où nous étions retenus prisonniers, il serait temps de comprendre que nous n'avons plus rien à faire avec celui qui nous retenait prisonniers. Nous sommes devenus de nouvelles créatures dit la Parole biblique, et il nous faut y croire.  

Ne plus nous laisser subjuguer par les attraits d’un monde corrompu, qui n'a pour offrande à nous proposer, que le mensonge, la cupidité, la luxure, la débauche, le mépris envers ceux qui possèdent en eux la foi véritable, et qui propose des lois perverses et contre nature afin de mieux isoler et détruire l’Église sainte, celle qui se purifie encore.  

Sortir de la maison de servitude revient à accomplir des actes décisifs qui vont engager nos vies dans une dimension jusque-là inconnue pour l'homme déchu.  

Sortir de la maison de servitude revient à rejeter les trésors qui nous sont proposés, alors qu'ils sont voués à disparaître comme des immondices.  

Matthieu 6/19 et 20 - Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.  

Luc 12/33 - Vendez ce que vous possédez, et donnez-le en aumônes. Faites-vous des bourses qui ne s’usent point, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n’approche point, et où la teigne ne détruit point.  

L'église originelle libérée de son passé de vols et de rapines, blanchie extérieurement comme intérieurement, mettait tout en commun, et nul ne manquait. Actes 2/44 - Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun.  

Qu'en est-il aujourd'hui, alors que des « hommes ou femmes » de Dieu vivent dans l'abondance au détriment de la vraie charité.  

Ceux-là sont toujours esclaves dans la maison de servitude, alors qu'ils proclament le mensonge. Ils parlent de l’Évangile de prospérité et accusent ceux qui mendient leur pain. Vous faites honte à notre Seigneur.  

 

Afin de sortir de la maison de servitude, voilà ce qui doit être :  

Dans cette position contraire à la vérité, nous devons réagir fortement avec rapidité. Nous sommes des ignorants en ce qui concerne le temps qui nous est imparti à chacun. C'est pourquoi, si nous sommes désireux de retrouver notre liberté, acquise à Golgotha, nous devons vivre selon les affirmations contenues dans Galates, prononcées par Paul : Galates 2/20 - J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi., alors que nous étions des « morts-vivants » - Matthieu 8/22  Mais Jésus lui répondit : Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.  

Des esclaves se sont organisés au travers de la domination de leur maître Satan afin de transformer, pour pouvoir mieux dominer, ce que l'on continue de nommer « église » ce qui n'est qu'une apparence de ce qui a été à l'origine.  

Au début, avant d'être une Organisation religieuse dominée par des hommes dans lesquels l'Esprit Saint n'était pas, l’Église était l’Épouse sainte du Seigneur. Elle vivait des bienfaits de l’Époux et la liberté spirituelle était sienne.  

Les signes et les prodiges, les miracles de guérison, de résurrection étaient monnaie courante. Tous vivaient dans la sanctification, et la purification était leur cheval de bataille. Christ le Seigneur, les avaient marqués de son empreinte spirituelle pour toujours, et de façon libre et déterminée, malgré tous les risques qui les guettaient, ils avaient abandonné leur ancienne manière de vivre, désireux de vivre une nouvelle vie en Christ, et ainsi, tout en étant sauvés par la foi, ils cherchaient non pas à faire des prosélytes, mais des disciples afin que l'église sanctifiée grandisse, avec Christ pour Maître et Seigneur. - 2 Corinthiens 5/17 - Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.  

Nous avons des exemples puissants tel Paul qui fut un délateur auprès des romains, de ceux qui avaient acceptés de ne plus être des esclaves de leur ancienne vie (il était présent lors du massacre d’Étienne).

Par la foi nouvelle révélée par Christ, ce même Paul écrira ceci aux Galates 6/15 - Car ce n’est rien que d’être circoncis ou incirconcis ; ce qui est quelque chose, c’est d’être une nouvelle créature.  

Après avoir dérivé au gré des courants religieux, la foi véritable se fourvoie et prend des chemins de traverse, lui faisant ainsi perdre de vue l'essentiel de la foi qui s'insurge contre les maîtres idolâtres instruisant les peuples selon leur vision tronquée du salut qui fait de Dieu le seul Maître que nous puissions revendiquer, en acceptant d'être ses « esclaves libérés d'un joug pesant » - Matthieu 11/29 et 30 -  Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.  

Jadis, un esclave affranchi recevait une lettre attestant sa libération, ou encore, souhaitant demeurer dans la maison du maître, recevait dans sa chair une marque distinctive attestant sa liberté donnée et refusée par l’intéressé. Ce rituel est décrit dans le livre d'Exode 21.  

En ce qui nous concerne, nous avons été rachetés d'un asservissement cruel nous condamnant à perpétuité. Seul un maître rempli de bonté et d'amour a payé suffisamment cher afin que nous soyons libres de le servir en amour, désireux de demeurer à son service à toujours, à jamais et d'accepter en sincérité, en vérité, toutes les marques qui ont meurtri son corps et son âme. Oui, il est le Maître absolu, il le sait, mais qu'avons-nous fait de son sacrifice qui brisait les liens de l'esclavage qui nous unissaient à Satan dans les œuvres que nous avons pratiquées ? Comment avons-nous pu, pour bon nombre d'entre nous, faire marche arrière, ou stagner, endormis par le manger et le boire ? Malachie 1/6 -Un fils honore son père, et un serviteur son maître. Si je suis père, où est l’honneur qui m’est dû ? Si je suis maître, où est la crainte qu’on a de moi ? Dit l’Eternel des armées à vous, sacrificateurs, Qui méprisez mon nom, Et qui dites : En quoi avons-nous méprisé ton nom ?  

L'enseignement d'un faux évangile qui met en avant les dons avant celui qui donne et que l'on appelle évangile de prospérité est un fléau parmi les gens de foi.  

Dieu donne à qui il veut donner, tout en souhaitant donner à tous selon la sagesse de la demande. Jean relate que les hébreux d'alors refusaient la situation d'esclavages et s'appuyaient sur Abraham pour réfuter l'affirmation. Pourtant, 440 ans de perte de liberté ne s'oublient pas  -  Jean 8/33 - Ils lui répondirent : Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne ; comment  dis-tu : Vous deviendrez libres ?  

L'Epitre adressée aux Romains est très explicite et démontre comment, tout en croyant être libres, nous pouvons demeurer dans les liens de l'esclavage  

Romains 6/16 à 6/22 -  Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice ?  

Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits.  

Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. —  Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. — De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour arriver à l’iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté.  

Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice.  

Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle.  

 

Jean 8/32 ...vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.  

 

Nous avons été rachetés par le prix du sang qui nous rend notre liberté perdue. C'est pourquoi, dans l'acceptation de ce sacrifice qui est plus que des lois humaines, nous obtenons notre lettre de libération. C'est un pacte d'une alliance de sang, un pacte qui ne se peut défaire, car si nous voulons le rendre caduc, il va falloir repenser notre vision spirituelle envers le Saint des saints : Jacques 2/12 - Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté, - 1 Pierre 2/16 ... étant libres, sans faire de la liberté un voile qui couvre la méchanceté, mais agissant comme des serviteurs de Dieu.  

Ésaïe 61/1 - L’esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté, et aux prisonniers la délivrance ;  

Nous saisissons, ici, l'expression profonde de la volonté divine de nous voir acquérir de nouveau la liberté pour nos âmes prisonnières du Système mondial et de la haine de Satan envers l’Église du Seigneur.  

Mais nous avons profité de la liberté nouvellement acquise pour perpétrer tous les excès dont nous croyons avoir le droit de jouir.  

Nous sommes des humains, et la mort est notre finalité.  

Paul dira que pour lui elle est un gain, mais que pouvons-nous dire en ce qui nous concerne ?  

Sommes-nous des esclaves ? Sommes-nous des affranchis ?  

En vérité, même si le péché est prompt à nous courber sous le poids de l'abjection, il nous appartient de nous en libérer, ayant la vérité de Christ pour support.  

Posons-nous la question de savoir à qui nous adressons nos louanges et notre vénération. A Christ ? Au Diable ?  

Nous avons tendance à oublier que nous avons été rachetés par un Maître exigeant et jaloux.- Cette affirmation est portée à notre connaissance dès le livre de Exode 20/5 ou il nous est prescrit, par interdiction, de nous prosterner devant un dieu païen sous peine d'exciter la jalousie divine :   Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent,  

Et comme si cela ne suffisait pas, le livre du Deutéronome réaffirme la jalousie de Dieu, tout comme bien d'autres encore :  

Deutéronome 4/24 - Car l’Éternel, ton Dieu, est un feu dévorant, un Dieu jaloux.  

 

Un Maître qui a payé très cher le droit à notre liberté.  

Conçus dans le péché, puis assujettis au péché, allant droit vers la Mort spirituelle sans espoir de sortir des griffes du Malin, un seul nous a rachetés, un seul a tout accepté, volontairement. Le mépris, l'ignominie, la Mort !  

Luc 1/68 - Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, de ce qu’il a visité et racheté son peuple,  

 

Apocalypse 5/9 - Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ;  

 

Puisque nous avons été ainsi rachetés de la mort spirituelle, vivons comme il se doit, loin de la perversité du monde qui se vautre dans ses souillures, peu soucieux de spiritualité. Lamentations 3/58 - Seigneur, tu as défendu la cause de mon âme, Tu as racheté ma vie.  

 

En ce qui concerne tous ceux qui pensent être rachetés du péché et de la mort, mais qui continuent de vivre une vie sans changement aucun, il faut savoir qu'ignorer les Commandements et les Préceptes divins te garde près du précipice et cela fait de toi un « ouvrier d'iniquité ».  

Que nous est-il enseigné de façon catégorique à mettre en application ?  

Exode 15/26 - Il dit : Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens ; car je suis l’Eternel, qui te guérit.  

 

N'allez pas prétendre, comme beaucoup d'entre vous, que le fait d'être sous la grâce vous épargne de suivre La Loi et les Commandements de Dieu. Ce qui différencie la Loi qui condamne et la Grâce qui fait miséricorde est l'acceptation de vivre une vie déposée sur l'autel de Christ Yéshua qui te réaffirme, en ce jour, qu'il n'est pas venu pour abolir la Loi, mais la rendre acceptable dans sa faisabilité par le sacrifice de l'Agneau qui a payé ta vie par la sienne.  

 

Exode 16/28 - Alors l’Éternel dit à Moïse : Jusques à quand refuserez-vous d’observer mes commandements et mes lois ? Par manque de foi, le peuple a peur de manquer de nourriture et à cause de sa peur, il entre en désobéissance, et transgresse les avertissements de Dieu.  

 

A ceux-là qui affirment aimer le Seigneur et sa parole, mais qui agissent contrairement à ses Commandements, méditez bien le livre du Lévitique qui nous interpelle fortement : Lévitique 18/30 - Vous observerez mes commandements, et vous ne pratiquerez aucun des usages abominables qui se pratiquaient avant vous, vous ne vous en souillerez pas. Je suis l’Eternel, votre Dieu.  

Que sont donc ces pratiques abominables réprouvées par l'Eternel Dieu ?  

Tout ce qui a trait aux déviances sexuelles (fornication, luxure et sodomie) tout ce qui est l'envie, l'orgueil, la jalousie ; tout ce qui concerne les faux témoignages et les accusations mensongères ; tout ce qui concerne la violence, l'iniquité et l'injustice... Et l'adoration païenne qui te font demeurer dans la maison de servitude (l'astrologie, l'adoration des « saints » et des morts) etc... Qu'on ne trouve chez toi personne qui invoque l'esprit des morts...Deutéronome 18/10 à 12 -Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel ;  

Lévitique 22:9 Ils observeront mes commandements, de peur qu’ils ne portent la peine de leur péché et qu’ils ne meurent, pour avoir profané les choses saintes. Je suis l’Éternel, qui les sanctifie.  

 

Deutéronome 18/13 – tu seras entièrement à l’Éternel ton Dieu.  

(ce qui est juste et possible en étant au Seigneur Yéshua)  

 

Amen.