Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

                                           LA FIDÉLITÉ DE DIEU

Apocalypse 19/11 à 13 - Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même ; et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu.

 

Par Naomie le 17/11/2020

 

SHALOM.

 

Dans le temps où l'apôtre Jean, déporté à Patmos, recevait « la grande révélation »  de ce qui se devait être dans un futur plus ou moins éloigné, Dieu lui révélait la fidélité divine et l'infidélité humaine.

Dans cette grande révélation, nous avons ainsi une démonstration écrite après révélation, d'une puissance démesurée du monde divin, révélation faite par Dieu lui-même.

Cette révélation accentue la fidélité de Dieu envers sa parole, envers ses actes, et cela afin de rassurer l'homme en tous les temps,  de répondre à toutes, presque toutes, ses interrogations, et mettre un terme au verbiage prétentieux du Malin et de ceux qui sont ennemis du Seigneur.

 

En quoi pouvons-nous avoir l'assurance parfaite et indéracinable de la fidélité de Yéshua, Messie, parole de Dieu sur terre ? Simplement en nous appuyant sur la Parole écrite, révélée, afin que notre lumière ne devienne ténèbres et nous conduise, dès lors, à nous perdre en chemin : Psaumes 119/105  - Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier.

Pourquoi alors, sommes-nous en possession de lampes sans huile, ou d'huile asséchée, rance,  qui n'éclaire plus l'espérance de ceux et celles qui attendent, voire depuis longtemps, Celui qui atteste revenir prochainement ?

Dieu serait-il ainsi mensonger dans son affirmation de fidélité ? Satan le dit, les incrédules, les ironiques, les indécis le pensent, et l’Église marche sur un fil en penchant tantôt d’un côté, tantôt de l'autre, ayant perdu sa direction.  - Nombres 23/19 - Dieu n’est point un homme pour mentir, ni fils d’un homme pour se repentir. Ce qu’il a dit, ne le fera-t-il pas ? Ce qu’il a déclaré, ne l'exécutera-t-il pas ?

 

Le psaume 43 laisse éclater la joie du psalmiste en ces termes : envoie ta lumière et ta fidélité ; Qu'elles me guident, qu'elles me conduisent à la montagne sainte et à tes demeures ; J'irais à l'autel de Dieu ma joie et mon allégresse....La fidélité de Dieu est une constante qui accompagne sa lumière afin de nous conduire jusqu'à l'autel saint pour que nous y déposions nos feux sanctifiés, feux de l'adoration et de la fidélité, notre fidélité.

 

Dieu, de par ce qu'il est, ne peut pas se renier Lui-même, étant « lié » par sa fidélité envers sa création. 2 Timothée 2/13

Notre infidélité envers notre engagement ne l'engage pas à nous renier, mais selon sa parole fidèle, il usera alors de sa colère pour nous châtier, n'ayant pas le désir de nous voir damnés éternellement.

Dans la lecture du livre des Hébreux 6/17 à 20,  il existe un « certificat » authenticité de la promesse faite par le Père Éternel aux hommes en ceci :  C’est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d’évidence aux héritiers de la promesse l’immutabilité de sa résolution, intervint par un serment, afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l’espérance qui nous était proposée. Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide ; elle pénètre au-delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek.

L'espérance qui nous est proposée est, de toute évidence, Christ Yéshua, Seigneur, Messie souffrant, roi couronné. (Melchisédek  étant l'image de la divinité (Christ Yéshua) sur terre)

 

En quoi est-il nécessaire que nous soyons ancrés dans cette espérance de fidélité absolue de Celui qui a dit et accompli, qui est mort et ressuscité d'entre les morts ? Afin que nous accédions à notre statut d'éternité dans le royaume divin . Pour cela, une alliance éternelle a été établie entre le charnel et le divin, entre le Père Éternel et sa créature charnelle. Deutéronome 7/9.

Par le seul chemin accessible par tous et toutes : 1 Corinthiens 1/9  -  Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à la communion de son Fils, Jésus-Christ notre Seigneur.

Dans cette communion de sang, il est un appel spécifique qui nous lie à jamais à celui qui nous a appelés par notre nom. Cet appel est un appel personnel, un acte qui tend à nous démontrer, si cela se devait être, que nous sommes connus personnellement, comme un individu ayant part à la vie spirituelle dès avant notre venue sur terre, à l'image de Celui qui est le premier d'entre tous, le premier d'entre tous les hommes. Psaumes 22/10 -11-  Dès le sein maternel j’ai été sous ta garde, dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu.

Cette spécificité qui est notre distinction personnelle ici-bas, nous rend participant à la coupe du Seigneur, au repas saint du Seigneur, lui qui nous affirmera être le Pain de Vie, le pain de Dieu. Jean 6/27...Celui qui participe en esprit et en vérité a accès à la vie éternelle.

 

Être participant à la coupe du Seigneur nous entraîne très loin, au-delà de notre imagination fertile. Cela revient à accepter la vie, la mort, et avoir accès à la résurrection, tout comme il en fut pour notre Seigneur. Trop souvent, nous poussons des cris (de joie ou de deuil) mais nous ignorons, je l'affirme, que nous entrons dès lors dans une voie inconnue - Marc 10/38 à 39 - Jésus leur répondit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, ou être baptisés du baptême dont je dois être baptisé ? Nous le pouvons, dirent-ils. Et Jésus leur répondit : Il est vrai que vous boirez la coupe que je dois boire, et que vous serez baptisés du baptême dont je dois être baptisé ;

 

1 Corinthiens 11/27 -  C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur.

Il n'est aucune infidélité en Dieu, tout dans sa parole le démontre. Ce n'est pas le cas de l'homme qui use d'infidélité en tout temps, en toute occasion.  

2 Thessaloniciens  3/3 -  Le Seigneur est fidèle, il vous affermira et vous préservera du malin.

En ce que nous pouvons comprendre dans ce texte, c'est que la fidélité de Dieu, via le Seigneur Yéshua, est infinie et nous permet d'accéder dans un renouveau constant d'un zèle qui aurait tendance à s'étioler dans le temps, et tout comme il est garant dans notre combat, il l'est aussi dans une préservation des atteintes meurtrières du Malin que nous combattons constamment.

1 Pierre 5/10  - Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera.

 

Christ Yéshua est le témoin fidèle de tout ce qu'il a partagé de spirituel dans le royaume divin, et nous en a fait connaître quelques bribes. Apocalypse 1/5 ... et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre !...

Il affirme ne faire que ce qu'il a vu faire dans le royaume divin :  Jean 10/32 - Jésus leur dit : Je vous ai fait voir plusieurs bonnes œuvres venant de mon Père : pour laquelle me lapidez-vous ?

Il témoigne fidèlement de la vérité.

 

Souvenons-nous de la fidélité que le Seigneur possède envers la sainte parole de Dieu, et comment il place en nous l'affirmation de cette dispensation spirituelle de l'Esprit saint afin que nous puissions croire la vérité enfin dévoilée -  Jean 14/26  Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.1 Pierre 4:17  Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu ?

 

RÉCOMPENSE DE LA FIDÉLITÉ ENVERS DIEU.

 

Nous connaissons quelques infimes particules concernant la fidélité de Dieu envers nous ses créatures, et n'avons qu'effleuré l'infidélité de l'homme envers son Créateur.

C'est pourquoi, il nous faut savoir que ce n'est pas en vain, même si nous sommes amenés à le penser, que nous sommes serviteurs et servantes du Tout-Puissant.

Je me souviens de tes œuvres....

Celle que nous souhaitons en premier, c'est l'affirmation de notre zèle dans la fidélité décrite dans Luc 19/17 – C'est bien, bon et fidèle serviteur....Matthieu 25/21  Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.

Ce qui importe, c'est la reconnaissance et non pas la récompense. Du moins, telle est ma vision.

De quoi provient l'infidélité ? De la lassitude ? De l'incrédulité ? Du manque de foi ? L'infidélité est un des facteurs de l'incrédulité qui conduit à la stérilité spirituelle, qui conduit elle-même à la mort par les œuvres mortes.

Dans Hébreux 10/23 il est une affirmation terrible en soi puisqu'elle affirme la fidélité divine en toutes choses, dans la reconnaissance tout comme dans le rejet.

Si nous reconnaissons notre manque devant Christ, manque en tous domaines, nous avons, parce qu'il a fait la promesse, la possibilité de demander de sortir de cet état par la toute puissance de l'amour de Dieu – Marc 9/24.

 

7 CERTITUDES ENCOURAGEANTES POUR LES CHRÉTIENS NÉS DE NOUVEAUX

 

–        Les promesses certaines : 1 rois 8/56

–        Fondements certains : Ésaïe 28/16

–        Récompenses certaines : Matthieu 10/4

–        Acceptations assurées : Jean 6/37

–        Amour divin certain : Romains 8/39

–        Immortalité (éternité) assurée : 2 Corinthiens 5/1

     -   Ancre éternelle : Hébreux 6/19

 

7 CERTITUDES CONCERNANT LE PÉCHEUR IMPÉNITENT

 

–        Certitude de la révélation : Nombres 32/23

–        Certitude de la déception – Deutéronome 32/32

–        Certitude de quitter les biens terrestres -  1 Timothée 6/7

–        Certitude de la mort : Ecclésiaste 8/8

–        Certitude du Jugement : Ecclésiaste 12/14

–        Certitude de la séparation des pécheurs et des justes : Matthieu 25/31 à 33

–        Certitude du bannissement de la présence divine : 2 Timothée 1/9

 

Ne l'oublions pas, Dieu est fidèle en toutes les dimensions de sa parole, et nous exercerons autant sa bonté que son jugement. Il est « Juste et Fidèle », tel est  son nom.

 

1 Pierre 4/17 - Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu ?