Site Web du Ministere de NAOMIE

NAOMIE BETHEL

                    COMPTE … PESE... DIVISE !

 

Par Naomie le 12 janvier 2021 

 

SHALOM. 

 

Ce matin, tandis que je me tenais devant notre Seigneur, guidée par la mouvance de l'Esprit saint, je fus conduite à (re)lire un texte dans le livre de Daniel 5/18...

Si j'en viens à dire « encore » c'est que ce texte a été adressé en direct à « Pharaon » c'est à dire à Alassane Ouattara lors de son 2ème mandat présidentiel. 

En a-t-il fait bon usage ? Je ne le pense pas, les événements passés démontrent qu'il n'a pas tenu compte des avertissements que lui adressait le Seigneur par mon intermédiaire.

D'autres paroles ont été diffusées sur le site, dénonçant les agissements tortueux de ce même homme, de ceux qui ont délibérément choisi de le suivre, lui et sa politique désastreuse, malgré les mensonges répandus sur le plan national et international. 

Bref, tout comme d'autres avant lui (pour ne citer que Obama) le temps arrêté par le Seigneur est là ! 

 

Puis, il y a quelques jours en arrière, ce fut la vision d'un arbre abattu. 

 

Enfin, aujourd'hui, c'est un résumé accablant de ce qui est « l'addition » d'une forfaiture évidente. 

Donc, disais-je, Daniel 5/18 : « compté, compté, pesé puis divisé »

Je ne m'étais jamais posé la question de savoir pourquoi le mot « compté » avait été donné par 2 fois.

Aujourd'hui je vais vous révéler ce que j'ai compris de l'explication qui m'a été apportée dans ma réflexion : compté +compté/pesé+ compté/pesé/divisé = 3 MANDATS .


Au premier mandat, une application de « compté » - afin de déterminer le comportement du président.


Au deuxième mandat, une application du mot « compté » à deux reprises à laquelle s'ajoute « pesé » - la première mandature a été prise en compte, puis un second mandat qui se voit appliquer l'événement d'être « pesé » dans la valeur de Dieu, dans sa juste justice. Il en ressort : tu as été trouvé léger. Ce qui revient à dire qu'au premier mandat, une application de surveillance sous le regard de Dieu, puis au deuxième mandat, le bilan du premier mandat auquel viendra s'ajouter le bilan du deuxième et le résultat est : COMPTE, COMPTE PUIS PESE ET TROUVE LEGER.

 

Tout comme le fils du roi déchu (Nebucadnetsar) avait pu constater le sort de son père, et comment Dieu était intervenu dans une sentence de rejet, son comportement fut amplifié et il en résulta la mort pour lui, le « fils ». 

Le texte 3 de Malachie est très explicite, et ce matin, la parole de Dieu l'est tout autant.

 

« Des temples païens ont servi de réceptacles aux libations de sang. 

Ces libations impures n'ont pas été agréées par l'Eternel Dieu, et tous les faux dieux invoqués ne peuvent en rien agir en la faveur de qui les invoquent dans l'injustice. 

Dieu se lève ! Il ne restera nul homme debout devant sa face ! 

Le « Messager » envoyé par l'Eternel se tiendra devant tous et toutes ; il entrera en jugement contre les enchanteurs et les adultères ; contre les injustes également ; contre ceux qui témoignent faussement et qui font tort à la veuve et à l'orphelin. 

Qui pourra dès lors résister à son feu ? » 

A tous ceux qui soupirent après Dieu, cherchant la différence entre ceux qui le servent et ceux qui ne le servent pas, qui pratiquent la justice et qui ne la pratiquent pas, l'Eternel dit « vous serez à moi ! J'aurais compassion de vous comme un père à compassion de son fils. 

C'est alors que vous verrez la différence entre celui qui me sert, et qui ne me set pas dit l'Eternel. (Malachie 3/14) 

 

Comme je le dis nul ne peut se moquer de Dieu sans en payer le prix, parfois un prix si lourd qu'il aurait mieux valu être muet. 

Sachez que le Seigneur a son van à la main et fait le tri entre qui le sert et qui ne le sert pas, entre qui est de sa maison et qui n'est pas de sa maison. 

Servir Dieu n'est pas de demeurer assis dans une assemblée, et être de sa maison revient à dire d'avoir déposé sa vie sur son autel, et non pas comme ces démoniaques qui boivent du sang des libations sataniques. 

 

Shalom. Ecoutez est bien, lire est bien, mais être et agir est mieux. 

Soyez bénis.